Bain ou douche ? Pourquoi choisir – à Bois Colombes (92)

Dans les Hauts de Seine, à Bois Colombes (92), un couple propriétaire d’un pavillon, a souhaité me confier sa salle de bain, afin de la rénover tout en y intégrant une douche en complément de la baignoire.

Dans ce sens, la pièce a été repensée dans le but d’implanter une douche confortable de 120 x 90 cm, et une baignoire de 170 x 70 cm, un meuble vasque avec une vasque à poser, un miroir, un WC suspendu avec des rangements au dessus, et un sèche serviette conservé.

Pour cela, le coffrage existant de la gaine technique a été agrandi, de manière à obtenir une douche de format standard, sans être contraint par un bac à carreler qui aurait impliqué de la mosaïque, ou encore une paroi de douche coulissante sur mesure. Cet agrandissement permet également de créer une niche dans la douche pour déposer les produits d’usage, mais également de décaler les WC, permettant ainsi l’installation de la douche et un accès confortable pour chacune des fonctionnalités.

La baignoire et le meuble vasque ont ensuite été intervertis, permettant ainsi de faire face au meuble vasque dès l’entrée dans la pièce, pour un accueil plus chaleureux, ainsi que l’obtention d’un grand miroir vertical.

Quant au sèche serviette existant, il a été déplacé sur la gauche en entrant.

Cette nouvelle configuration favorise la lecture de l’espace, qui se veut progressive et naturelle.

Côté ambiance, les matériaux et leurs finitions ont été sélectionnés et répartis dans la pièce de manière à favoriser la luminosité et la mise en valeur des volumes, tout en s’accordant avec le style contemporain, intégrant un carrelage effet carreaux de ciment, souhaité.

Dans ce sens, le mur de gauche en entrant, ainsi que son retour vers la douche ont été traité en peinture blanche, avec des plinthes blanches également, afin de ne pas écraser la pièce et ainsi laisser réfléchir la lumière naturelle provenant de la fenêtre de toit.

Dans le prolongement, la paroi de gauche de la douche a été revêtue d’un carrelage blanc, légèrement texturé, apportant à nouveau de la luminosité, mais également de la matière et du relief à la paroi verticale. Ce carrelage texturé est parfaitement adapté à l’usage de la douche, favorisant un entretien aisé, via un relief très léger doux et lissé dans la masse.

Ce carrelage habille également la paroi de droite de la douche, en pourtour de la niche, faisant ainsi ressortir le fond de cette dernière, et celui de la «cabine», traités avec un carrelage aspect carreaux de ciment noir et blanc.

La découpe de la niche, volontairement interrompue en hauteur, permet alors, via la superposition des plans et des volumes, selon différents matériaux, d’accentuer la profondeur et de créer une réelle interaction avec la crédence de la baignoire, traitée également avec ce revêtement carrelage, effet carreaux de ciment.

Le retour entre la douche et le coffrage du bâti support surplombé d’un meuble de rangement, ainsi que le mur sur lequel ils s’appuient, ont été traités en peinture blanche, dans le but de les liés entre eux, ainsi qu’au carrelage blanc texturé de la douche. Ceci permet de donner l’impression d’une double peau s‘articulant à travers la pièce. Cette dernière, ponctuée par le carrelage à motifs est également rythmée par la mise en peinture grise du bâti support et du rangement qui le surplombe, ainsi que celle des murs sur lesquels s’appuient la porte de la salle de bain et la baignoire (remonté vers fenêtre de toit comprise). Ceci permet de créer un contraste, redimensionnant visuellement la pièce et accentuant l’effet double peau.

Par ailleurs, le tablier de baignoire a été carrelé, de manière à créer une plage permettant d’y déposer des affaires et produits, via le même carrelage blanc texturé que celui utilisé dans la douche. Sa teinte claire permet de minimiser l’emprise de la baignoire dans l’espace, tout en créant une unité avec le meuble sous vasque, sélectionné en blanc pour les mêmes raisons.

D’autre part, ce meuble a été placé sous un plan de travail, liant la baignoire et le meuble vasque, tout en créant un espace disponible complémentaire autour de la vasque. Le plan de travail a été choisi en gris anthracite effet béton, soulignant le plan horizontal, et minimisant à nouveau l’effet masse de la baignoire et de sa plage carrelée. De plus il s’accorde avec le sol, qui avait été souhaité dans les même tons, créant une uniformité entre les plans horizontaux.

Au dessus du plan de travail, la crédence de la baignoire se prolonge.

Le tout a ensuite été accessoirisé d’un miroir éclairant, d’une vasque à poser et de deux étagères en verre (pour ne pas écraser les volumes et les rendre les plus discrètes possible), sélectionnés dans des formes cubiques et épurées, à l’image du projet et de la robinetterie qui vient parachever le projet dans la même écriture graphique.